Formule 1 : Ferrari dans la tourmente

La Scuderia Ferrari a confectionnée la Ferrari F1-75 durant toute l’intersaison dans l’unique objectif de rivaliser pour le championnat pilote et constructeur sur cette saison. On a commencé à y croire au début de la saison avec le doublé Ferrari à Bahrein puis un Charles Leclerc étincelant qui commençait à être régulier en qualification et en course. Hélas, le bonheur était de courte durée, entre monoplaces défaillantes, erreurs stratégiques et une monoplace concurrente nettement supérieure sur les derniers GP, l’écurie au cheval cabré commence à inquiéter.

Les souvenirs du passé refont surface

Ferrari a connu toutes les désillusions possibles : casse-moteur, erreur stratégique, erreur de pilotage ou encore une voiture nettement inférieure à la concurrence, l’écurie italienne est en perdition depuis le Grand Prix d’Espagne où la victoire de Charles Leclerc s’est envolé lorsque le moteur du monégasque a explosé. Ce n’est pas la première fois que la Scuderia est plombée par des incidents mécaniques à répétition, en 2018, la tournée asiatique avait définitivement scellé le sort du championnat au grand dam de Sébastien Vettel. Ferrari accuse déjà un retard de 66 points sur Red Bull au championnat constructeur, et compte seulement 40 points d’avance sur Mercedes. Qui sont réellement les fautifs de ce début de saison inquiétant ?

Charles Leclerc, l’arbre qui cache la forêt ?

Il a fait des qualifications sa suprématie avec 6 pôles positions pour 8 Grands Prix disputés, deux victoires en dominant la course du début à la fin. Charles Leclerc est le leader de cette écurie, le seul véritablement capable de se battre avec les deux pilotes Red Bull. Cependant, il commet encore des erreurs qui lui ont été préjudiciables comme en Emilie Romagne avec un tête-à-queue à moins de 10 tours du drapeau à damier.  Sur le plan comptable, le monégasque est à 49 points de Max Verstappen, grandissime favori à sa propre succession. Le Grand Prix de Grande-Bretagne sera un premier test pour Leclerc et son nouveau moteur, Mattia Binotto , le patron de l’écurie a assuré que “ Charles pourra attaquer comme il le souhaite dès Silverstone”.

Carlos Sainz : la déception

La deuxième place lors du dernier Grand-Prix au Canada est symptomatique du bilan après 8 courses de l’espagnol au volant de la F1-75. Jamais en mesure d’aller chercher Verstappen pendant plus de 20 tours, il n’a jamais été aussi proche d’obtenir sa première victoire qui attendra encore un peu. 3 abandons, un coéquipier qui le surclasse sur la piste quand les incidents mécaniques ne sont pas présents. Un rythme en qualification trop irrégulier jamais en mesure de prendre une pôle. Après une première saison satisfaisante l’an passée, l’espagnol semble marcher a reculons et ne progresse pas. La saison n’est pas finie, au contraire à lui de prouver tout son talent dès le 3 juillet à Silverstone  avec pourquoi pas un premier succès dans la catégorie reine ? 

Recommend0 recommendationsPublished in Culture, Lifestyle
4
0 0 votes
Article Rating
Subscribe
Notify of

Related Posts

August 3, 2022
The design inspiration comes from the carmaker’s speed machines.
July 24, 2022
The Italian Lorenzo Musetti could spread out on the German clay court after his victory in three set
July 24, 2022
L'Italien Lorenzo Musetti a pu s'étaler sur la terre battue Allemande après sa victoire en trois s